Commentaire réalisé par Florencia Uribe, Felipe Soto, Camila Fuentes, Carolina Escobar et Marie Anouk Meyer.

L’HOMME QUI RIT.


 

Le texte que nous allons étudier est un extrait de L’Homme qui rit,  de Victor Hugo, publié en 1869. Victor Hugo est un romancier, poète, dramaturge, mais aussi homme politique. L’Homme qui rit est l’histoire de Gwynplaine, défiguré par des comprachicos quand il était petit, et de Dea, une jeune aveugle sauvé par lui quand elle était bébé. En grandissant ils tombent amoureux, mais il apprend qu’il est l’héritier d’un seigneur et doit abandonner sa vit de bohème. Dea et Ursus doivent quitter l’Angleterre. Dans cet extrait Gwynplaine va rejoindre Dea et Ursus avant qu’ils n’embarquent, mais Dea est sur le point de mourir, elle doit donc dire au revoir à Gwynplaine.

Nous nous demanderons donc en quoi cet extrait est romantique.

Dans un premier temps nous analyserons les personnages complexes et excessifs, puis nous  étudierons les forces contradictoires présentes dans l’extrait, et finalement nous  verrons la rencontre des amoureux dans la mort.

 

I personnages romantiques.

A)     Gwynplaine→paratexte « défiguré » -adjectif qualificatif qui décrit Gwynplaine physiquement.

                     →l. 26 « doux Gwynplaine » -adjectif qualificatif pour décrire l’âme de Gwynplaine .

                       →l. 56 « il avait dans la prunelle une lueur qui était comme la réverbération d’une âme aperçue de loin » - comparaison

                     →l.61 « mouvements de fantôme » -métaphore

                 

B)      Dea→ son prénom signifie déesse en latin→ elle a un caractère céleste et un nom pure.

        →paratexte « jeune aveugle » -adjectif qualificatif pour décrire Dea

         →l 11 et 13 « aveugle » -adjectif qualificatif pour décrire Dea

        →l 23 «  bien malheureuse » → elle ne peut pas être joyeuse sans Gwynplaine. Elle voit l’âme des gens et pas l’extérieur.

        →on note caractère enfantin dans son vocabulaire l.9-10 « je ne sais pas du tout ».

 

Transition: Les personnages sont complexes et excessifs, on peut donc dire qu’ils sont des personnages romantiques. Gwynplaine est un personnage sans chance car il est défiguré et effrayant, mais sublime car il est aimé. Dea est aveugle donc elle juge par l’âme et non pas par le physique.

Maintenant on étudiera les forces contradictoires présentes dans l’extrait.

 

 

II- forces contradictoires.

A)     Joie/tristesseJoie :

                                     →l 7 « heureux », l8 « ensemble », l 35 54 «  sourire »

                           

 

 Tristesse :

                                      →l 3 13 « triste », l 24 « malheureuse », l 25 « seule », l 40 « pauvre » -Adjectifs qualificatifs

 

B)      Vie/mort         →vie :

                   →» l. 5, 9, 25 Répétition de « Dieu », l.8  « sa vie », l 35 « vivante »

          →référence paradis → l.26 « paradis », l.27 « là-haut » l.29 31 « répétition « grâce »

          → mort :

                    → l.3 10 19 39 Répétition « mort »,

     -> l.32 « mains glacées » - la morte arrive, reference a la mort

     -> l.61 « fantôme » -description Gwynplaine

    -> l.63 « tombe ouverte » -métaphore.

→référence désespoir de la mort→ l.40 « désespoir », l.47 « ténèbres »,  l.53 « abîme »

Transition : Ce txt a de nombreuses forces contradictoires car le Romantisme est une écriture complexe et sort de la simplicité. Elle cherche à être plus crédible et s’éloigner des romans idéalisés.

                Dans un dernier temps on étudiera la rencontre des amoureux dans la mort.

III Rencontre des amoureux dans la mort.

A)     Amour : Dea aime Gwynplaine : l.7 « mon Gwynplaine » -‘’mon’’= adjectif de possession.

 l.13 « à coté de toi »

l.25 répétition « mon bien aimé »

 l.18 19 « tu penseras à moi », l.24 « je vais être bien malheureuse, sans toi »,

l.26  « c’est ici qu’était le paradis » méthafore

 

B)      Vers la retrouvaille : Dea meurt : l.14 « c’est triste de s’en aller », l.30 « adieu ».

Dea veut qu’il la rejoigne : L.23 24 « Viens me rejoindre le plus tôt que tu pourras », l.25 « ne me laisse pas »

Gwynplaine veut la rejoindre : l.49 « je viens », l.64 « je te suis », l.72 « j’arrive », l.73 « continua de marcher », l.69 « étoile » métaphore de Dea.

Gwynplaine arrive : l.73 « Dea me voilà », l.75 « il tomba », l.76 « il s’engloutit », l.78 « navire continua de voguer » métaphore et symbol : la vie continue.

                                                                                                                                   

 L’amour de Dea et Gwynplaine n’est pas séparé par la mort, Gwynplaine préfère mourir à ne pas être avec elle. Nous pouvons supposer qu’ils se retrouvent quand il dit « Dea me voilà ».  Donc on peut dire que cet extrait est romantique par les caractéristiques de personnages et du texte.

 

CONCLUSION :

Nous nous sommes demandé en quoi cet extrait est Romantique.

Cet extrait est Romantique car les personnages sont complexes et excessifs, monstrueux et sublimes  et  il y a en eux des forces contradictoires : la joie et la tristesse, la vie et la mort, utilisées pour sortir de la simplicité. Il y a aussi une difficile histoire d’amour qui finit par leur rencontre dans la mort, où ils sont finalement heureux.

Nous pouvons approfondir ce sujet avec l’analyse de la pièce Roméo et Juliette de William Shakespeare, où il a aussi une rencontre d’amoureux dans  la mort.